Parfois notre hypocrisie… me chagrine.

Parfois notre hypocrisie à nous autres Kabyles me chagrine plus qu’elle ne m’énerve tellement elle est déconcertante de naïveté. Elle est révélatrice de nos faiblesses abyssales en matière de communication et de notre bas niveau en stratégie politique. Psychologiquement, elle révèle aussi notre état d’esprit, en effet, nous mentons à nous-même pour ne pas convoquer toute la réalité d’un fait et interroger ses ramifications. En l’occurrence, nous les connaissons toutes.

Souhaitons-nous devenir un peuple indépendant ? Soyons-le d’abord intellectuellement. Soyons au préalable moralement honnête envers nous-même. Cessons donc d’affubler et de nous comporter en vulgaire bonimenteur là où les événements réclament plus de clarté dans l’engagement et de vérité dans le propos. Nommons les faits par leur nom ensuite, si cela convient le mieux à quelques-uns, laissons-les pratiquer la gymnastique intellectuelle pour fuir leur responsabilité devant l’histoire. Quant à nous souverainistes, arrêtons de faire semblant que cette déferlante de haine est nouvelle. C’est ce que laissent entendre nos commentaires inspirés par la question incrédule : pourquoi nous détestent-ils ?

Ce que dit tout haut madame Salhi sur les chaînes de télévision, repris en chœurs par les journaux arabophones et les réseaux sociaux ultra-nationalistes arabistes qui se délectent de chacun de ses mots, n’est pas récent ou isolé. Effectivement, il remonte loin dans le temps tout comme il est vrai que des millions d’Algériens le pensent tout haut depuis des années. Je sais, par expérience, qu’ils n’hésitent jamais à le confirmer devant les Kabyles tout en leur disant : « non, toi tu es différent des autres ». « Bien sûr, je parle d’une minorité ».

Bien sûr,’elle foule aux pieds les principes de base des relations entre les humains et le respect que l’on se doit mutuellement dans une société de droits et aux valeurs humaines élevées. Nous pouvons le lui reprocher comme beaucoup d’autres choses. Cependant, nous devons lui reconnaître une chose : elle tient son discours avec une déconcertante franchise. Au-delà du fait qu’elle jouit d’une impunité totale, elle sait parfaitement que vomir sa haine du Kabyle ne lui fait courir aucun risque. Elle sait aussi que son parti engrangerait des adhésions et renforcerait son réseau de clientèles politique et idéologique.

Aujourd’hui plus qu’hier tenir des propos monstrueux, nauséabond contre les Kabyles ou agresser violemment une militante souverainiste dans l’enceinte même d’une université sanctuaire du savoir, est susceptibles de donner lieu à des récompenses professionnelles. D’ouvrir possiblement pour les plus qualifiés les portes de la « haute administration. Les opportunistes de tous les bords politiques l’ont parfaitement compris. De même que les délateurs qui sont récompensés par des facilités d’accès à l’emploi public, aux logements sociaux.

Ont-ils reçu l’ordre d’agresser les militantes pour décourager la femme Kabyle à s’engager dans la lutte pour l’indépendance de son pays ?

Des individus avec un passé d’indicateurs avéré et accessoirement délinquants sont embauchés comme supplétifs du colonisateur. Ils se comportent en Caïd qui ont tous les droits. Dénonce tes frères et sœurs, tu seras généreusement récompensé. Certains occupent les postes d’agents de sécurité dans différentes administrations en Kabylie pour surveiller leur environnement professionnel avec la permission d’agression avec impunité assurée pourvu que leurs victimes soient kabyles de surcroît militantes indépendantistes. Même en cas de plainte, il y aura aucune suite. . Ont-ils reçu l’ordre d’agresser les militantes pour décourager la femme Kabyle à s’engager dans la lutte pour l’indépendance de son pays ? Les agresseurs reçoivent-ils des récompenses ? Autrement comment expliquer la violence grandissante envers les militantes souverainistes, que pratiquent en toute impunité certains agents de sécurité qui surveillent les universités en Kabylie ?

Arrêtons d’être hypocrites et de nous cacher derrière nos petits doigts pour fuir du regard la réalité. Arrêtons de faire semblant que nous venions tout juste de découvrir la haine envers le peuple kabyle. Franchement, le racisme anti-kabyle n’a absolument pas attendu que madame devienne députée pour s’afficher. Honnêtement quel Kabyle peut-il prétendre l’ignore ? Attablez-vous ces jours-ci dans café populaire de n’importe quelle ville algérienne et écoutez ce qui se dit sur le peuple kabyle. Vous verrez, au minimum c’est l’exact discours tenu par madame la députée.

Même les partis politiques algérianistes établis en Kabylie, les intellectuels « autonomistes » n’osent se lancer dans de long et hebdomadaire combat pour dénoncer et contrecarrer ce fléau qui est le racisme envers le peuple Kabyle, les étrangers, particulièrement les Africains. Ils ne peuvent pas le faire pour deux raisons. La première, ils s’exposent à une campagne « nationaliste » qui ruinerait leur carrière. Les noms des « coupables » seront rayés au stylo rouge. , La deuxième raison, avec un minimum d’honnêteté intellectuelle, leurs arguments donneraient raison à l’engagement politique des souverainistes et légitimeraient inévitablement le discours indépendantiste. Et cela… ils ne veulent absolument pas le faire.

Son discours extrémiste annonce rien de moins qu’un durcissement de la ligne du « retour aux valeurs fortes » du pays. En un mot, plus d’islamisme et d’arabisme pour moins de kabylisme. L’expérience du peuple Kabyle permet de signifier ce que pensent ces deux bannières de l’ultranationalisme algérien du peuple Kabyle. Pour y faire face, il est urgent de sortir de l’aveuglement et de regarder la réalité en face, quand bien même le regard obligerait-il les plus crédules d’entre nous à sortir du confort intellectuel qui assure une tranquillité de façade à leur existence.

Nous ne pouvons garder longtemps sous silence le racisme qui sévit avec force conviction dans les sociétés d’Afrique du Nord et celui qui s’acharne sur le peuple Kabyle. Il est temps de se dire toute la vérité en face. Par ici, la politique a vocation à faire ce qui se fait de pire dans le monde, elle manipule les extrêmes pour contrôler les populations gavées d’arabisme et d’islamisme. Ils poursuivent le but d’éradiquer le patrimoine immatériel de notre peuple. De nous effacer de la mémoire de l’Histoire.  Sachant cela, il faut arrêter de se voiler la face. Nous savons parfaitement qu’ils ne veulent pas d’une autre identité à côté de la leur. Nous le savons depuis longtemps. Ils veulent une Algérie exclusivement arabe. Ils ne s’en cachent pas. C’est malheureux, triste, pas bien, pas gentil, pas cool… OK ce n’est pas démocratique, humaniste, universaliste, mais c’est un ainsi, ils ne veulent pas de nous.

Nous connaissons la solution et nous avons les moyens de l’appliquer. Nous avons le droit et le devoir de protéger notre identité par les frontières d’un État kabyle. Alors stop l’hypocrisie. Nous sommes un peuple. Nous avons un territoire qui nous appartient depuis des millénaires, construisons notre État. Si, malgré les moyens dont nous disposons, nous sommes incapables de construire notre État, soyons en moins honnêtes, cessons de nous plaindre et de geindre à chaque coup porté à Taqvaylit avant de recommencer à faire les mêmes erreurs une fois l’événement passé.

Lire : La Kabylie : sortir de la victimisation permanente !

Firmus

Site kabyle

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :